Published on Mademoizellemaroc in 2016.

“Zine ou tbata”, une expression qui prend toute son ampleur quand on parle d’Iman Oubou. Native d’Agadir, Iman a suivi ses parents à l’âge de 15 ans à l’autre bout du monde; les Etats Unis pour être plus précis, pour prendre un nouveau départ dans la vie. Et quelques années plus tard, ce fut un succès foudroyant pour la Miss Oubou.

Après un parcours académique bien chargé et surtout réussi; un baccalauréat en biochimie et biologie moléculaire, et une maîtrise en génie biomédical, entre autres. Iman a travaillé pendant deux ans en tant que chercheuse, et puis experte en communication scientifique, pour enfin prendre une direction du moins inattendue. Par pur hasard, cette Maroco-Américaine est tombée dans le monde des concours de beauté, et a réussi par accumuler les titres l’un après l’autre ; Miss Colorado en 2012, Miss New York en 2015, et enfin 2ème dauphine de Miss Etats Unis en 2015.

Motivée à bloc, notre reine de beauté locale a profité de cette expérience dans le showbiz pour poursuivre un parcours professionnel sous les projecteurs, mais surtout pour la bonne cause…

Iman, cela fait un an qu’on n’a plus eu de vos nouvelles. Alors, Où est-ce que vous êtes passée depuis la finale de Miss USA?

Cette dernière année, j’ai lancé et travaillé dur sur mon émission Podcast Entrepreneurs En Vogue. J’ai eu le privilège d’interviewer des femmes qui ont réussi dans le monde des affaires, et pu leur donner une plateforme pour partager leurs histoires, leçons, challenges, et réussites avec d’autres femmes qui cherchent à faire le saut dans le monde des affaires. J’ai aussi travaillé sur ma nouvelle boite Swaay; une société dans le domaine du média, faite pour les femmes entrepreneures. En fait, c’est un mélange entre VOGUE et FORBES, et ce dans une seule publication qui va transcender les récits culturels et sociaux au sujet de la femme d’affaires moderne, car je suis convaincue que les femmes entrepreneurs sont les stars des temps modernes.

Comment avez-vous réagi aux résultats du concours de beauté?

Eh bien, les résultats finaux étaient apparemment truqués, une chose que j’ai apprise bien plus tard. J’ai rencontré récemment mon amie ; Miss Caroline du Nord, et elle m’a montrée un affidavit (déclaration écrite sous serment)

qui dit que la Miss gagnante et la première dauphine ont été toutes les deux représentés par l’un des juges du concours de beauté Miss Etats Unis. Il a donc fait en sorte de truquer les résultats du concours afin que ces deux filles finissent dans les top deux positions, et ce afin de rehausser l’image de son agence de mannequinat. En conséquence, tous les administrateurs et le personnel de Miss Etats-Unis (y compris le directeur national) ont été licenciés. Il y avait beaucoup de buzz négatif après cette compétition, mais j’ai choisi de m’en distancer et me concentrer sur mon travail et mes objectifs professionnels. Mais au moins, maintenant je sais que s’il n’y avait pas une tricherie, j’aurais certainement été la première Marocaine à avoir gagné le titre de Miss Etats-Unis !

Comment est-ce que le concours Miss USA a changé votre vie?

Mon statut a certainement changé à New York, et les opportunités professionnelles se sont énormément multipliées. Je suis devenue membre des ambassadrices pour les sacs de la marque Valentino, je représente ma collection de soins de la peau autant qu’ambassadrice pour « Moroccan Heritage », j’ai lancé mon émission Podcast qui a récemment été classée par INC Magazine comme meilleur Podcast pour les femmes entrepreneurs, et actuellement je travaille au côté des personnes les plus influentes dans le domaine pour lancer mon empire médiatique en Octobre.

Vous semblez passionnée par votre « Podcast ». Comment se fait-il que vous ayez choisi que ce soit centré sur les femmes entrepreneurs?

Je suis une grande partisane et supporter des femmes qui ont le courage de quitter des emplois sûrs et se joignent au monde de l’entreprise, afin de devenir des innovatrices, créatrices, et dirigeantes. Je pense que les femmes jouent un rôle essentiel, non seulement dans la société mais aussi l’économie. Donc, je voulais attirer l’attention du public sur les histoires des femmes qui ont réussi dans les affaires tout en soulignant les défis, les luttes et les leçons qu’elles ont apprises au long de leur parcours entrepreneurial, dans l’espoir qu’elles inspirent d’autres femmes qui envisagent de poursuivre leur passion et rêve de commencer leur propre business. Entrepreneurs en Vogue fut également un moyen pour moi de construire un solide réseau de professionnels. Je suis fière de dire que je fais partie d’un réseau de femmes d’affaires (et hommes d’affaires d’ailleurs) qui vaut des millions, et qui est prêt à me soutenir dans mes efforts. Le Podcast est également un excellent moyen pour moi de donner aux femmes du monde entier un moyen d’avoir une voix et la faire entendre.

Est-ce quel e fait d’être une ancienne reine de beauté représente un obstacle pour être prise au sérieux dans votre domaine?

Oui! En toute honnêteté, être une femme « séduisante » (sans même être une reine de beauté), complique le fait d’être prise au sérieux parfois … C’est seulement après que j’ouvre ma bouche, et commence à parler de mon travail, projets d’affaires, et mes idées innovatrices, que je suis prise au sérieux. Mais ceci est exactement ce que j’essaie de changer avec mon nouveau projet Swaay. En fait, je blâme les médias pour cette situation. Ils ont souvent choisi de soumettre l’image des femmes à ces clichés ; à savoir soit glamour et belles mais pas très futées, ou bien intelligentes et avertis dans le domaine des affaires, mais ennuyeuses et masculines. Je crois dur comme fer que les femmes d’aujourd’hui sont toutes multidimensionnelles. Nous ne sommes pas « un objet ». On peut être et faire ce qu’on veut, mais pour une raison ou une autre nous avons toujours peur d’être nous-mêmes à cause de cette société et de ce que les médias nous font croire (je parle d’expérience ici). Swaay transcendera ce fléau et célébrera les femmes intelligentes et actives d’une manière glamour et féminine. Je pense d’ailleurs être l’incarnation de notre marque, et j’assume ma position en tant que leader dans la société mais sans abandonner mon côté féminin et glamour.

Avez-vous visité le Maroc dernièrement?

J’y étais Décembre dernier, d’ailleurs je travaille actuellement avec Dominique, la fondatrice du trophée Aïcha des Gazelles sur un partenariat qui visera à promouvoir le rallye et le Maroc auprès des femmes aux Etats-Unis, en particulier à New York. Je vais donc probablement visiter le Maroc en fin Octobre.

Vous avez déménagé avec votre famille aux États-Unis à un âge assez jeune. Vous identifiez-vous encore en tant que Marocaine, et plus particulièrement une Gadiri?

Bien sûr!!! Je n’oublierai jamais d’où je viens, parce qu’en fin de compte c’est qui je suis, et j’en suis fière. Je dis toujours que je suis Marocaine en premier et puis Américaine. Agadir occupe une place très spéciale dans mon cœur et pour moi, ce sera toujours chez moi. J’ai dernièrement décidé d’acheter un lieu de résidence à Agadir, et à Marrakech également, ainsi je pourrai passer plus de temps au Maroc, et par conséquent faire de Swaay une société internationale.

Qu’est-ce qui vous manque le plus au Maroc?

Serait-ce un cliché de dire que tout me manque?

Le mode de vie détendu, et la culture de vivre en communautés surtout. Le décor Marocain (je suis obsédée par le design d’intérieur Marocain) et son confort me manquent également. Les Marocains aiment profiter de la vie plus que les Américains, et j’ai senti le manque de ce rythme de vie ces cinq dernières années, car je n’ai pas cessé de travailler dur et courir partout. Je suis tellement épuisée que parfois je pense sérieusement à rentrer chez moi au Maroc et m’y installer.

Sur quels projets travaillez-vous actuellement?

Comme j’ai déjà mentionné à plusieurs reprises, Swaay (www.swaaymedia.com) et entrepreneurs En Vogue sont mes principaux projets. Donc assurez-vous de tous vous abonner à mon Podcast, et à jeter un coup d’oeil sur Swaay pour être à jour sur nos événements à venir, nos initiatives, les interviews, etc.…

En tant que personnalité publique, beaucoup de jeunes filles doivent vous voir comme un modèle à suivre. Comment voudriez-vous les inspirer?

En les poussant à être la meilleure version d’elles-mêmes, et ce sur les plans professionnel et personnel. Pas seulement elles, mais également toutes les femmes qui les entourent!

Vous avez toujours été très passionnée par le travail social. Etes-vous sur un projet spécifique au Maroc, comme vous en avez eu auparavant?

Nous travaillons actuellement sur la finalisation d’une unité chirurgicale mobile qui sera envoyée au Maroc pour aider à rétablir l’assistance médicale appropriée dans les zones reculées du pays. J’annoncerai bientôt sur les réseaux sociaux et lors de ma prochaine visite au Maroc une autre mission médicale.

Notre magazine vient tout juste de commencer, et il est basé dans votre ville natale; Agadir. Y a-t-il quelque chose que vous aimeriez dire à nos lecteurs et lectrices locaux?

I love Agadir !!!!! Je voudrai remercier tous mes fans Gadiri et ma famille qui m’ont soutenu depuis mes débuts autant que Miss Colorado en 2012. Votre soutien et encouragement m’ont toujours poussée à faire de mon mieux pour devenir une source d’inspiration et un modèle pour ceux qui suivent mon parcours. Je serai bientôt de retour et j’espère rencontrer certains d’entre vous dans ma ville natale!

Photos credit: Fadil Berisha

You May Also Like

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *